Affaire JPK la vérité ?

 JPK

Incroyable rebondissement cette semaine dans l’affaire JPK après l’annonce de la mise en examen de Léonard Puputauki (dit Réré) pour « enlèvement et séquestration de personne » et »meurtre commis en bande organisée ». Une véritable bombe judiciaire pour cette affaire qui remonte à 1997. JPK, de son vrai nom Jean Pascal Couraud, était à l’époque rédacteur en chef des Nouvelles de Tahiti. Réputé pour sa ténacité et son goût de la vérité, JPK était aussi la bête noire des politiques locaux et notamment de Gaston Flosse alors président du territoire. Ce qui suit est à lire au conditionnel, car rien n’a jamais été prouvé, mais voici un résumé de cette affaire :  JPK enquêtait sur les liens entre Chirac et Flosse. La rumeur dit qu’il aurait pu découvrir la fameuse existence du compte japonais de Jacques Chirac ? Cela n’a jamais été prouvé. Quoiqu’il en soit, JPK a disparu le 15 décembre 1997. La thèse du suicide a d’abord été évoqué, puis assez vite des soupçons se sont portés sur l’entourage de Gaston Flosse, notamment les GIP, Groupement d’Intervention de la Polynésie. Une sorte de milice officieuse crée par Flosse et composée d’anciens détenus Polynésiens.

nouvelles_de_tahitidef

Flosse a toujours réfuté tous les arguments le liant de près ou de loin à la disparition de ce journaliste. Pendant 15 ans, la famille de JPK s’est battue pour connaitre la vérité.. mais rien. Un comité de soutien a vite vu le jour et dans son édition de Janvier 2007, Tahiti-Pacifique Magazine (n° 189) titrait déjà : « Oui, JPK a bien été assassiné ! » en précisant : « Le 6 décembre 2006, le comité de soutien JPK a organisé une conférence de presse pour faire le point sur l’affaire et rappeler que la thèse de l’assassinat ne fait plus aucun doute. Philippe Couraud [frère du disparu] a alors affirmé sa «certitude que Jean-Pascal a été assassiné» et dénonce un «refus d’enquêter sérieusement» sur fond de «mainmise politique sur le judiciaire». Le 26 juin 2013, premier coup de théâtre, puisqu’on apprend que deux ex GIP sont mis en examen dans le cadre de cette affaire. Une première avancée colossale. Puis cette semaine second coup de théâtre avec la mise en examen du chef des GIP de l’époque Réré Puputauki (actuellement en prison pour une autre affaire).

Livre Flosse

Dans son livre récemment publié « l’homme qui voulut être roi », consacré à Gaston Flosse, le journaliste du Monde Fabrice Lhomme explique que Flosse excédé par les enquêtes du journaliste des Nouvelles aurait pu demander à Réré de « le débarrasser de cet empêcheur de tourner en rond ». Un message pris au pied de la lettre par Réré et ses GIP. S’ils souhaitaient uniquement lui faire peur dans un premier temps en le kidnappant, l’affaire aurait dégénérée. Au final JPK aurait été emmené dans une embarcation et balancer par-dessus bord au milieu du lagon de Tahiti. Le juge d’instruction Jean-François Redonnet a considéré qu’il disposait d’indices graves pour inquiéter les trois hommes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *