Lancement des travaux à Mururoa le 1er juin

Le chantier de modernisation des équipements de surveillance de l’atoll de Mururoa débutera finalement avec un mois de retard, le 1er juin, et devrait s’achever en 2017. Jusqu’à 250 personnes seront logées dans des conteneurs dont 32 réservés à des « VIP ».

Des conteneurs comme des champignons. 170 s’aligneront bientôt sur l’atoll de Mururoa afin de pouvoir y loger jusqu’à 250 personnes. C’est la société Logistic Solutions, basée à Brie, au sud de Rennes, qui s’affaire actuellement à l’aménagement de ces boîtes en provenance de Chine. Le but : recycler ces conteneurs utilisés habituellement pour le transport de marchandises, en habitats meublés (lit, bureau, fauteuil…), isolés et avec électricité, selon le Journal de Vitré.

Parmi les 170 conteneurs, trente-deux, plus luxueux,  seront destinés à des personnes VIP. Et un bâtiment abritera un jardin : d’une surface de 14 m2 et d’une hauteur de 2,61 mètres, il sera dédié à la production de légumes et à la culture indoor. 450 plants différents devraient y voir le jour, à la faveur de lampes Led notamment.

Le convoi qui partira par bateau de Saint-Nazaire, arrivera en avril à Mururoa. Suivront sur place militaires et scientifiques du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) chargés de la mission de rénovation. Une trentaine de personnes de Sodexo, la société dédiée à la restauration, au nettoyage et à l’entretien des bâtiments, logeront également sur l’atoll, ainsi que deux salariés de Logistic Solutions afin de veiller à la bonne tenue de la base de vie.

L’atoll polynésien de Mururoa, appelé aussi Moruroa qui signifie « le grand secret » en langue mangarévienne, appartient à l’Etat français depuis 1964. A l’issue de 167 essais nucléaires survenus entre 1966 et 1996, l’Etat a mis en place un système de surveillance radiologique et géomécanique, baptisé Telsite, dans les années 80. Rénové en 1997, l’équipement nécessite aujourd’hui d’être modernisé. Le projet, piloté par le ministère de la Défense, devrait coûter une cinquantaine de millions d’euros, selon La Tribune.

Pour aller plus loin sur les essais nucléaires à Mururoa : Christian Beslu décrit dans l’excellent livre « Tranche de vie à Mururoa »  (Editions le Motu – 2 avril 2005), sa vie quotidienne durant  26 années passées à travailler sur les sites nucléaires de la Polynésie française(avec photos).

Tranche de vie Mururoa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *